A la une :

Cérémonies dans le sumo

Danpatsu shiki

Makuuchi dohyô-iri
Yokozuna dohyô-iri
Soroi-bumi
Yumitori-shiki
Danpatsu-shiki

Danpatsu-shiki

Cérémonie danpatsu shiki de Takanohana
L’ex-yokozuna Wakanohana, frère de Takanohana, coupe une mèche du ô-ichô-mage

Le danpatsu-shiki constitue la cérémonie d’adieu d’un rikishi à sa carrière de lutteur. Elle se déroule dans une salle de réception de manière à accueillir les nombreux invités qui participeront en acteurs et en spectateurs à cette cérémonie. Exceptionnellement, lorsqu’il s’agit de lutteur de haut-rang, yokozuna ou ôzeki, ou d’un lutteur à la grande popularité, le danpatsu-shiki se déroule carrément au Kokugikan à Tokyo devant plusieurs milliers de spectateurs.

Cérémonie danpatsu shiki de Takanohana
Futogoyama-oyakata, père de Takanohana II, coupe la dernière mèche du ô-ichô-mage

Le lutteur, après une présentation dans laquelle le yokozuna en cours peut présenter son dohyô-iri, s’assied au milieu de la scène, et chaque invité monte tour à tour pour couper une mèche des cheveux tenant son ô-ichô-mage. La famille défile : parents, enfants, puis les amis, et enfin c’est l’oyakata de la heya d’origine du lutteur qui vient trancher la dernière mèche, emmenant avec elle l’ô-ichô-mage tout entier.

C’est la dernière fois que le lutteur sera vu avec sa coiffure traditionnelle. Il portera ensuite les cheveux courts même s’il reste dans le monde du sumo, et qu’il devient oyakata. Il perd en même temps son shikona sauf pour les lutteurs exceptionnels qui sont autorisés par la Kyôkai à utiliser ce shikona comme nom d’oyakata.

Cérémonie pour Futeno devenu Inagawa oyakata