A la une :
Accueil » Actualités » Expositions » Christophe Ourdouillie : une illustration des rikishis

Christophe Ourdouillie : une illustration des rikishis

Christophe Ourdouillie : une illustration des rikishis

 

 

 

Nous avons été contactés par Christophe Ourdouillie, peintre de talent et auteur de toiles représentant des rikishis. Nous avons voulu vous le présenter.

 

 

 

 

 

Quelques exemples de ses œuvres:

Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie

 

Son parcours d’origine : décoration et restauration de monuments

Artiste dans l’âme, Christophe Ourdouillie est médaillé d’argent de l’Institut Van der Kelen et Logelain de Bruxelles en 2004, et lauréat du prix SEMA 2008 dans la région PACA.
Spécialiste du trompe-l’oeil et de la décoration haut-de-gamme, il a d’abord travaillé pour nombre de décorateurs illustres tels Alberto Pinto en Arabie Saoudite ou Juan Pablo Molyneux aux USA, à Monaco, Paris, Bruxelles, ainsi que pour nombre de particuliers, collectivités…
S’ensuit en 2011 une collaboration avec Robert Bougrain-Dubourg, immergé au sein des temples d’Angkor Vat, au Cambodge, pendant un an et demi, dans le but de restaurer les peintures murales de la pagode du Bakong, avec des peintres Thaïlandais et Cambodgiens.
Fort de cette expérience, les monuments historiques le sollicitent à son retour en France pour des restaurations diverses (Eglise Anglicane de Compiègne, Villa Victoria à Saint-Valéry-sur-Somme, Basilique de Peruwelz, Eglise Notre Dame du Mont Roland, Eglise de Fort-du-Plasne, Mairie de Roubaix, de Tourcoing etc…)

Une évolution de plus en plus artistique

L’appel d’un chemin toujours plus créatif se fait sentir. 
Ses pérégrinations l’amènent à rencontrer plusieurs artistes travaillant dans l’esprit des Primitifs Flamands. Il développe alors une technique d’empâtement des couleurs, donnant à ses tableaux un éclat particulier, usant et abusant de différents bleus. Commandes de portraits humains et animaliers affluent davantage.
D’autres aventures l’amènent en Thaïlande, Birmanie et Laos. Il y réalise notamment des fresques participatives avec des publics sensibles pour diverses ONG : réfugiés birmans, ethnies Karens, femmes abusées.
Une association à but non lucratif naît de ces aventures : « Colorful« . Désormais pour toute toile vendu, 10% sont reversées à l’association qui mène avec divers artistes, et les publics concernés, un projet par an en France, et un autre à l’étranger dans des lieux de vie sensibles. Un objectif assez simple : peindre du « beau » sur les murs, dans des lieux délicats, pour que les gens se sentent mieux, et les faire participer au projet.

2016 : Voyage au Japon

En 2016, il réalise une boucle à vélo (et tente) d’un mois et demi sur l’archipel de Shikoku au Japon. 
C’est le coup de foudre avec le pays, puis, en passant à Tokyo, c’est un second coup de foudre avec la culture Sumo, et la vie de Rikishi. En ressortent de multiples impressions : puissance, ascèse, spiritualité, tradition, élégance du rituel, mais aussi rires et transmission.
Coincidence, il s’aperçoit que la réalisatrice du film « Tu seras Sumo » est une ancienne copine perdue de vue, Jill Coulon. 
De retour de voyage, et en collaboration avec différents photographes, dont il s’inspire des clichés, il peint une série de Rikishis, dans une couleur bien particulière qu’il met au point. Le tout en essayant de garder en toile de fond, la notion de cercle, et celle du Dohyo.
Emotion, moment suspendu, intensité dans le regard, c’est vers ces objectifs qu’il s’oriente.
La précision de la peinture se centre davantage sur mains et visages, puis la touche s’épaissit, et s’élargit pour devenir plus suggérée. Le concept Japonais esthétique et spirituel du Wabi-Sabi l’inspire grandement.
Les tableaux sont tous réalisés en peinture à l’huile sur de grands formats.
Une exposition de ces Rikishis a lieu à la Galerie Septentrion dans les Hauts-de-France en novembre 2017, et une autre au Touquet-Paris-Plage en 2018. Un grand collectionneur d’Art Japonais, et notamment du peintre Karhu (américain ayant peint le Japon), fait l’acquisition de 3 toiles d’un coup.

Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie
Peinture de Christophe Ourdouillie

Le projet pour 2019 est de retourner au Japon et d’aller à la rencontre de la discipline et de son rapport chez les plus jeunes, enfants et ados, et de s’en inspirer pour peindre une autre série de tableaux.

Retrouvez Christophe Ourdouillie :

sur son site internet : www.faux-marbre.fr

sur son adresse mail : [email protected]

A lire également :

expo tournoi janvier 1965

Tournoi de janvier 1965

Tournoi de janvier 1965 : le grand changement Dans le sumo, le système actuel n’autorise …

Un commentaire

  1. Superbes réalisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *