Accueil » Actualités » Des femmes montent sur le dohyô pour sauver un homme

Des femmes montent sur le dohyô pour sauver un homme

Dohyo
Le dohyo du sumo est un espace sacré que les femmes n’ont pas le droit de fouler

Des femmes montent sur le dohyô pour sauver un homme

Kyoto – Plusieurs femmes, qui essayaient de donner les premiers soins à un maire qui s’était effondré sur le dohyô le 4 avril, ont reçu l’ordre de se retirer de la surface sacrée par la Japan Sumo Association (JSA). Les femmes sont traditionnellement interdites de monter sur le dohyô parce qu’elles sont considérées comme «impures».

Selon les gens présents sur place, Ryozo Tatami, 67 ans – le maire de la ville de Maizuru situé dans la préfecture de Kyoto – s’est soudainement effondré sur la surface de combat alors qu’il prononçait un discours lors de la tournée de printemps des lutteurs.

Un certain nombre de personnes se sont précipitées sur le dohyô pour aider M. Tatami, y compris plusieurs femmes médecins. Malgré les circonstances sérieuses, un arbitre a demandé à plusieurs reprises : «s‘il vous plaît, les femmes pourraient-elles quitter le dohyô ?» alors qu’elles soignaient d’urgence le maire de la ville.

Le président de la JSA, Nobuyoshi Hakkaku, s’est ensuite excusé en disant: « la réponse était inappropriée étant donné que la vie de quelqu’un était en danger, je suis profondément désolé. »

Dans un communiqué, Hakkaku a également exprimé sa gratitude aux femmes médecins et a déclaré que l’arbitre a fait l’annonce parce qu’il était « contrarié« .

Le maire a été transféré dans un hôpital où on lui a diagnostiqué un accident vasculaire cérébral, il a subi une intervention chirurgicale mais ses jours ne seraient pas en danger d’après des responsables de la ville de Maizuru.

Selon les responsables de JSA et les spectateurs, les femmes faisaient partie d’un certain nombre de policiers et d’autres membres du personnel qui sont montés pour faire un massage cardiaque et apporter les premiers soins peu après l’effondrement du maire.

« Je pensais que l’annonce était inappropriée étant donné que tout le monde était anxieux à propos de la situation (du maire)« , a déclaré un responsable local.

Autrefois, la JSA a précédemment refusé des propositions répétées de l’ex-femme gouverneur d’Osaka, Fusae Ota, de lui permettre de monter sur le doyhô afin de pouvoir remettre un prix au champion du tournoi qui se tenaient dans sa préfecture.

en Click on the title bellow for article in English : 

Women told to leave sumo ring while trying to help collapsed mayor

Women told to leave sumo ring while trying to help collapsed mayor

MAIZURU, Kyoto — Several women who were trying to provide first aid to a mayor who collapsed in a sumo ring here on April 4 were told to step down from the mound by the Japan Sumo Association (JSA). Women are traditionally banned from entering sumo rings.

According to people at the scene, the mayor of the city of Maizuru in Kyoto Prefecture, 67-year-old Ryozo Tatami, suddenly collapsed in a sumo ring in the city while giving a speech during a Grand Sumo tour.

A number of people rushed into the ring to help Tatami, including several women. However, in response, a JSA representative repeatedly stated, « Please could the women leave the ring, » through the public address system, the witnesses said.

The head of the JSA, Nobuyoshi Hakkaku, later apologized, saying, « The response was inappropriate considering that someone’s life was in danger. I am deeply sorry. »

Japan Sumo Association chairman Hakkaku apologized late Wednesday for an incident in which a referee requested female medics leave a sumo ring where they were providing emergency treatment to the Maizuru city mayor who suffered a stroke while giving a speech.

Professional sumo traditionally bans women from walking into the ring, called a dohyo, because they are considered « unclean. » The medics were among a number of people tending to Ryozo Tatami, the 67-year-old mayor of the Kyoto Prefecture city, who collapsed while making a speech Wednesday afternoon.

Despite the serious circumstances, a referee called several times for the female medics to leave the ring.

« It was an inappropriate response in the life-threatening situation. I deeply apologize, » Hakkaku said in a statement. The JSA chief also expressed gratitude to the female medics and said the referee made the announcement because he was « upset. »

The mayor was transferred to a hospital where he was diagnosed as having suffered a stroke and underwent surgery, but his condition is said to be not life-threatening, Maizuru city officials said Thursday.

According to JSA officials and locals, the women were among a number of police officers and other staffers who entered the ring to provide cardiac massage and other treatment soon after the mayor collapsed during the spring sumo event.

« I thought the announcement was inappropriate considering everyone was anxious about the (mayor’s) situation, » a local official said.

The JSA formerly shot down repeated proposals by former female Osaka Gov. Fusae Ota to present an award to a champion on a sumo ring at a spring tournament in her prefecture.

Written by Kyodo

Crédits photo : Asahi

A lire également :

Les élections se préparent à la NSK

Les élections se préparent à la NSK

Les élections se préparent à la NSK Onze oyakata ont déposé leurs candidatures hier (jeudi) en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *