Interview de Od Howell, épouse de l’ex-rikishi Kyokutenzan

Kyokutenzan
Kyokutenzan

Nous sommes heureux de vous proposer un entretien exclusif avec Od Howell, épouse de l’ex-rikishi Kyokutenzan, et témoin privilégiée des lutteurs mongols dans le monde du sumô professionnel.

Une fois de plus, Jean-Philippe Cabral nous amène un témoignage savoureux sur le monde des lutteurs de sumô.

Profitez de l’interview !

Interview de Od Howell, par Jean-Philippe Cabral

Jean-Philippe Cabral : Bonjour Od. Comment vas-tu mon amie ?
Nous nous sommes rencontrés il y a longtemps et je suis heureux que vous puissiez partager aujourd’hui vos idées, en tant que femme et passionnée de Sumô, aux fans de Sumô français.
Avant de commencer notre entretien, pourriez-vous vous présenter ?

Od Howell : Mon nom est Od Howell. Je suis né en Mongolie et j’ai grandi entre la Mongolie et l’Allemagne. J’ai travaillé dans le cinéma en tant que producteur, mais je suis actuellement directeur général d’une ONG, Artists Initiative Eastside Gallery Berlin, et aussi attachée scientifique au Bundestag allemand.

 JPC : Comment êtes-vous devenu fan de Sumô ?

OH : Pendant que je tournais un film en Mongolie en 2006, j’ai réalisé que tous les Mongols regardaient le sumo et même, pendant un basho, plus personne ne se promenait dans les rues. Tout le monde était devant la télé. J’ai donc commencé à le regarder aussi et je suis devenu fan.

JPC : Vous êtes l’épouse de l’ancien Rikishi Kyokutenzan (qui fut l’un des pionniers mongols avec Kyokutenhô et Kyokushuzan), pouvez-vous nous en dire plus sur sa carrière d’ôsumô-san ? Quels étaient ses objectifs lorsqu’il est arrivé au Japon pour la première fois ?

Kyokutenho, Kyokutenzan et Kyokushuzan
Kyokutenho, Kyokutenzan et Kyokushuzan

OH : Il est arrivé comme l’un des cinq premiers lutteurs de sumo mongols de tous les temps. Il ne s’attendait donc pas à ce qu’il allait affronter au Japon. Il avait des images bizarres de ce pays comme une forte pollution et des habitants ressemblant toujours à des samouraïs. On m’a dit qu’il était très difficile d’apprendre la langue, de s’habituer à la nourriture, et les lutteurs étaient battus et punis très souvent. Mais il était prêt à réussir pour pouvoir nourrir sa famille qu’il avait laissé en Mongolie. Un jour, les lutteurs mongols n’ont pas pu supporter les circonstances et se sont enfuis à l’ambassade de Mongolie pour quitter le Japon. Quand Oshima-san, le maître de leur écurie, est arrivé et leur a demandé de revenir, Kyokutenzan a été le seul à revenir dans sa heya. Mais cette décision a rendu possible un retour ultérieur des deux autres (Kyokutenhô et Kyokushuzan). Les Mongols disent donc que Kyokutenzan a sauvé le sumo mongol. Sans lui, l’ère des rikishi mongols n’aurait jamais existé.

JPC : Pensez-vous que le sumô a changé sa personnalité et ressentez-vous maintenant une différence par rapport au moment où il a quitté sa carrière de rikishi ?

OH : Il avait l’habitude de dire que le Sumo lui avait sauvé la vie, sinon il aurait fini comme un criminel. Ce qu’il voulait dire, c’était qu’il était un jeune homme très sauvage qui avait appris la discipline en sumo. Pendant de nombreuses années, il vivait cette vie de sumo si différente d’une vie civile normale. Il a manqué beaucoup de choses au Japon et c’est ce qu’il a tenté de compenser plus tard. Je me souviens qu’il appréciait beaucoup de ne plus avoir ce nœud de cheveux ciré (mage) pour pouvoir porter une casquette de baseball, ou aller dans un bain public. Et il aimait beaucoup acheter des vêtements après avoir porté un kimono pendant des années. En général, je pense qu’il appréciait enfin de ne pas être soumis à la pression permanente des combats et de la victoire, ou d’être observé par l’association et par la presse Sumo.

J-P Cabral – Kyokutenzan
J-P Cabral – Kyokutenzan

JPC : Connaissez-vous personnellement les légendaires Rikishi mongols, comme Asashoryû, Hakuhô, Kyokutenhô ou Kyokushuzan ? Pouvez-vous nous en dire plus sur chacun d’eux concernant leur personnalité en dehors du Dohyô ?

OH : Asa est toujours simple, sauvage. Nous avions parfois des discussions mais j’étais surpris de voir à quel point il était intelligent et bien informé. Il est généreux et toujours très serviable, et un véritable ami sur qui vous pouvez compter. Je me souviens encore d’une fête d’anniversaire qu’il a organisée pour moi dans un club à Osaka avec des tonnes de champagne, et à minuit, est arrivé un sosie de Stevie Wonder pour chanter « Happy Birthday! » !

Hakuhô est différent – plus doux, il semble plus sage bien qu’il soit plus jeune, très doux. C’est quelqu’un que vous commencez immédiatement à aimer une fois que vous l’avez rencontré. Il est très impressionnant, il a de la grâce et la dignité. Il est bien éduqué et généreux aussi, et il est le favori absolu de notre fille ! Je pense qu’elle a une sorte de béguin pour lui…

En ce qui concerne les autres rikishi, je les connais tous et ils ont mon plus grand respect, donnant toujours le meilleur d’eux-mêmes dans ce sport difficile et à la hauteur des attentes de chacun. Nous ne devons pas oublier qu’ils étaient tous au centre de l’attention à un très jeune âge, et pourtant, ils ont fait et font toujours très bien, tous.

 JPC : Pensez-vous que la carrière de votre mari a été un déclencheur pour d’autres lutteurs mongols arrivés à Sumô après lui ? Savez-vous ce qu’en pense Hakuhô ?

OH : Comme je l’ai dit précédemment, Kyokutenzan a rendu possible une carrière pour tous les autres lutteurs mongols parce qu’il est resté pendant que les autres partaient. Il n’a pas fait une grande carrière lui-même, car il était trop léger et avait aussi eu une blessure très lourde alors qu’il était exactement sur le point de passer en juryô. Mais il enseignait à tous les nouveaux arrivants, et il leur a appris directement ce qu’ils devaient savoir dans ce sport. C’est pourquoi il était très accepté et aimé de tous les autres. Hakuhô a été aussi l’un de ses élèves et ils ont toujours un lien fort. Ils jouent ensemble au golf ou partent en vacances.

JPC : En Mongolie, le sumo est devenu populaire avec les exploits des Rikishi indigènes. Cette popularité est-elle toujours active dans le pays ? Les rikishi mongols sont-ils toujours des héros pour les jeunes ?

OH : Lorsque de plus en plus de lutteurs étrangers sont venus au Japon et ont connu un tel succès, l’association japonaise du Sumo a adopté un nouveau règlement qui limitait les rikishi étrangers par heya à deux seulement. Cela a stoppé le flot des lutteurs mongols. Mais devenir un lutteur de sumo au Japon est encore un rêve pour de nombreux Mongols et ceux qui l’ont rendu célèbre sont toujours des idoles en Mongolie bien sûr.

JPC : Les Rikishi de Mongolie ont longtemps dominé le Sumô, comment pouvez-vous l’expliquer ? Y a-t-il des spécificités mongoles qui pourraient expliquer cela ?

OH : Eh bien d’abord, la lutte est le sport national en Mongolie, ce qui est l’une des conditions qui font le succès des Mongols au Sumo. Les enfants mongols commencent à lutter à un très jeune âge et ils ont une bonne constitution corporelle. En plus de cela, ils ont ce que les Japonais appellent une « âme affamée » – la volonté de gagner pour pouvoir nourrir la famille chez eux en Mongolie.

JPC : Lorsque je discute de Sumô avec des néophytes, je souligne toujours que les Rikishi sont avant tout des athlètes de haut niveau et que l’entraînement est très difficile. Pouvez-vous décrire brièvement l’intensité de l’entraînement au sumo ? Quelle est la partie la plus importante de l’esprit pour qu’un rikishi supporte un entraînement long et dur ?

OH : Pouvez-vous imaginer vous lever tous les matins à 5 ou 6 heures pour aller à l’entraînement sept jours sur sept ? Pas de samedi ni de dimanche, peu importe à quel point vous avez fait la fête hier soir, que vous soyez blessé ou non ? Mais c’est une vie de rikishi. Vous devez être prudent tout le temps dans ce sport de contact dur. Une blessure peut mettre fin à votre carrière et il ne vous reste plus rien. Il est si difficile de gravir les échelons et si facile de tomber. Vous avez besoin de beaucoup de discipline, et il faut comprendre que plus vous vous entraînez dur, plus vous êtes puni. Et ce n’est que pour vous améliorer…

JPC : Peut-être nous dire quelques mots sur l’ancien Oshima Oyakata (ancien Ôzeki Asahikuni) qui a formé votre mari comme lutteur de sumô ? Était-il un maître dur ?

OH : On a dit qu’Oshima-san était dur, oui. Mais il y avait des maîtres d’écurie qui étaient pires et certains qui étaient meilleurs. Autrefois, les méthodes étaient plus dures. Après la mort d’un jeune rikishi il y a quelques années, les temps ont changé. Mais Oshima-san était un homme visionnaire qui a d’abord eu l’idée d’amener le riskishi mongol au Sumo. Nous en sommes toujours très reconnaissants.

JPC : Parlons maintenant un peu du sumo amateur. Vous connaissez aussi très bien cet autre environnement sumô, car nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises en compétition internationale. Quelle est votre opinion sur le niveau amateur en général ?

OH : Bien sûr, vous ne pouvez pas comparer le Sumo amateur avec le Sumo professionnel. Ce sont deux mondes, en particulier dans la norme sportive. Mais j’apprécie le sport amateur. J’espère que le sumo deviendra un jour un sport olympique, car alors, de nombreux autres pays pourront soutenir le sumo amateur.

JPC : Parmi les amateurs, quels lutteurs vous ont marqué ? Avez-vous un favori qui pourrait devenir le prochain rikishi ?

OH : Malheureusement, je ne suivais pas le sport amateur par le passé, donc je ne suis vraiment pas à jour.

JPC : Nous venons de perdre Byamba que vous et moi connaissions bien. Peut-être nous dire quelques mots sur lui, l’homme, le lutteur de sumo ?

OH : Byamba était un gars sympa. Il a rendu le Sumo populaire en dehors du monde professionnel et y a apporté le facteur divertissement. C’est trop triste car il nous a quittés bien trop tôt.

JPC : Avez-vous des souvenirs particuliers de sumô à nous livrer ?

OH : Je me souviens du premier basho après que moi et mon futur mari étions en couple. Pour le soutenir, je suis allé aux combats de makushita pour le voir. Les épisodes des niveaux inférieurs sont généralement sans grand public – seuls les fans absolus sont assis là. Et quand il est apparu, j’ai soudain entendu une femme crier son nom : Kyokuteeeenzaaaan ! Et j’étais comme, quoi…, et j’ai essayé de savoir qui c’était quand une autre femme a crié son nom de compétition : Sanooooosaaaaan. J’étais choquée, jalouse et inquiète. C’est ainsi que j’ai découvert qu’il avait des fans féminines, ce qui arrive plus rarement avec un lutteur de la division inférieure.
Ou ma première soirée senshuraki de son écurie, l’« after-basho party ». À la fin de l’événement, les fans font la queue pour obtenir une photo avec leur lutteur préféré. Et la file d’attente de Kyokutenzan était longue. Tout d’abord, j’ai trouvé ça drôle et j’ai ri, mais la file d’attente ne semblait pas se terminer et voir toutes ces femmes se blottir contre lui était nouveau pour moi. Une vieille dame japonaise qui a observé ma réaction est venue vers moi, et a commencé à me réconforter en disant que la femme japonaise l’aime parce qu’il ressemble à un samouraï sans le ventre et que les gens aiment sa nature aimable et amicale.
Je pourrais remplir des livres avec des histoires de sumo mais cela casserait cette interview. Le sumo est un monde tellement différent, comme si c’était une époque ancienne. Je suis très reconnaissant d’avoir eu la chance d’en avoir eu un aperçu.

JPC : Vous allez souvent au Japon, quelle est l’image du Rikishi moderne que les jeunes Japonais ont aujourd’hui ?

OH : Parfois, je crains que le sumo ne perde sa popularité. La jeune génération privilégie le baseball, le sumo paraît trop vieux. Mais ce sport unique et son monde doivent être sauvés. C’est fascinant, passionnant et une des originalités du Japon. Je suis donc toujours heureux de voir des jeunes rejoindre les écuries de sumo. C’est aussi toujours une chance pour eux de se hisser au sommet de la société – vous pouvez gagner une fortune et devenir très populaire.

JPC : Quelles anecdotes sur le sumô en général pourriez-vous raconter aux fans français de Sumô ?

OH : Assister à un hon-basho est toujours un moment fort pour les fans de sumo, surtout lorsque vous vivez en dehors du Japon. Une fois, j’ai reçu comme cadeau un siège au premier rang pour le basho à Osaka pendant 2 jours. Alors assise là, j’ai eu un contact visuel avec les lutteurs avant qu’ils n’entrent dans le dohyô pour se battre, et nous pourrions secrètement y faire un tour. Vous pourriez ainsi savoir pour quelle raison les lutteurs de sumo sont des gars vraiment drôles et divertissants.
Pendant ces deux jours, malheureusement, Asashoryû a perdu ses deux combats et il a dit à mon mari que c’était embarrassant pour lui de perdre devant moi.
Il y a beaucoup d’anecdotes mais je me souviens des premières fois où nous sortions faire la fête avec les rikishi. J’ai été surpris d’apprendre qu’après le dîner, nous avions encore un autre dîner et un autre encore ensuite ! Ils mangent jusqu’à trois fois le soir.


Je me souviens aussi de la façon dont nous sommes allés à Disneyland Tokyo – ils se sont amusés comme des enfants. Et, en fait, à une vingtaine d’années, ils étaient presque des enfants. Une fois, Koryu a essayé de fermer sa ceinture de sécurité pour un tour de manège, mais il n’a pas réussi parce qu’il était trop gros et il a donc fallu plusieurs essais. Il tirait sur son ventre et essayait encore et encore. Tous les Japonais l’attendaient pour commencer le tour et quand il a finalement pu fermer la ceinture, ils ont tous applaudi !

JPC : En tant que femme, si vous deviez expliquer le sumo à une personne qui a déjà des idées préconçues sur le sujet, en particulier sur le physique des lutteurs de sumo, comment feriez-vous ?

 OH : Il y a toujours cette mauvaise image des lutteurs de sumo gros et gras. Si vous avez déjà assisté à une séance d’entraînement, vous avez pu voir à quel point l’entraînement est difficile, et surtout, vous avez pu apercevoir le vrai physique de ces muscles incroyables. Il est difficile de prendre du poids dans les muscles et non dans les graisses, ce qui signifie que vous devez être très pointilleux dans votre choix de ce que vous mangez – un mélange sain de protéines comme la viande de poisson, le soja et les légumes. Leurs corps sont le capital dans lequel les lutteurs doivent investir. Lorsque vous vous asseyez à côté d’eux, vous avez l’impression d’être assis à l’ombre d’une montagne, et vous vous sentez si petit mais en sécurité…
Et je dois mentionner leur parfum – leur cire capillaire appelée binzuke leur donne une odeur douce comme le lait et le miel…

Merci beaucoup d’avoir accepté cette interview.

 

A lire également :

Jean-Philippe Cabral

Jean-Philippe Cabral, le sumotori français

Jean-Philippe Cabral, lutteur de sumo amateur Le sumo est bien mal connu chez nous mais …

Un commentaire

  1. Merci pour ce très bel article, c’est une et des rikishi très belle façon de parler du sumo et des rikishi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *