A la une :
Accueil » Kokugikan

Kokugikan

Kokugikan

Un peu d’histoire
Plan et accès
Visite guidée
Tickets et emplacements
Services

Le Kokugikan est le grand complexe sportif dédié à la formation et à la pratique du sumo. Les tournois de Tokyo s’y déroulent et le Kokugikan situé à Sumida est à lui seul le symbole de Ryôgoku.

Le tout premier Kokugikan (1909 – 1954)

A l’époque Meiji, la popularité croissante du sumo conduit à la construction du Kokugikan en 1909. Durant le Seconde Guerre mondiale, l’armée japonaise a réquisitionné le bâtiment obligeant les tournois de se dérouler en extérieur sur des terrains de baseball. Pendant l’occupation du Japon par les forces armées américaines, le Commandement suprême des forces alliées a perçu le sumo comme étant un sport moins menaçant que les autres arts martiaux autorisant le tournoi de novembre 1945 d’avoir lieu.

Ryokogu Kokugikan
Photo de l’ancien Kokugikan avant qu’il le soit transféré à Kuramae

Le Kokugikan est devenu une base militaire des alliés transformée pour le diversement des troupes. Une patinoire y fut même été installée! Un nouveau tournoi a pu se dérouler en novembre 1946 mais les suivants ont pris places au temple Meiji jusqu’en 1954 avant l’ouverture d’un nouveau stade : le Kuramae Kokugikan.

Le premier Kokugikan était situé juste à côté de temple Eko-in, à environ 300 mètres de l’actuel stade. Aujourd’hui il ne reste plus aucun trace visible mis à part un panneau avec quelques photos de l’époque comme celle-ci :

Le Kuramae Kokugikan (1954 – 1984)

Après la seconde guerre mondiale, un nouveau bâtiment est érigé de l’autre côté de la rivière Sumida dans l’arrondissement de Taito : le Kuramae Kokugikan (蔵前 国技館). L’Association japonaise de sumo avait besoin d’un nouvel endroit pour organiser des tournois de sumo. Le précédent avait été endommagé par les bombardements avant d’être occupé par les forces alliées.

Kuramae Kokugikan
Le Kuramae Kokugikan situé dans l’arrondissement de Taito.

Le Kuramae Kokugikan quittait le quartier traditionnel de Ryogoku pour s’ériger à 800 mètres de l’actuel Kokugikan. D’une capacité de 11 000 spectateurs, le bâtiment a été le lieu des heures de gloire du sumo de l’après-guerre où de grands yokozuna comme Taiho, Kashiwado, Kitanofuji, Wajima ou Kitanoumi y ont fait toute leur carrière.

Aujourd’hui le Karamae Kokugikan a complètement disparu pour laisser place à des bureaux qui gèrent les eaux de la ville.

Le Ryogoku Kokugikan (depuis 1984)

Quel fan de sumo n’a pas rêvé de venir le visiter lors bien sûr d’un hon basho! Le Kokugikan, situé dans le quartier de Ryôgoku à l’Est de Tokyo est le bâtiment où se déroule trois fois par an les tournois de sumo.

D’une capacité d’accueil de 11 098 personnes, la structure actuelle date de 1984 et dispose d’une superficie de 35 700m². Le Kokugikan abrite également les bureaux de la L’Association nationale de sumo (Nihon Sumo Kyokai), un musée consacré à ce sport (plus de détails) ainsi que l’école pour les apprentis lutteurs.

Le Ryogoku Kokugikan
Le Ryogoku Kokugikan abrite les tournois de janvier, mai et septembre.

Plus surprenant, on y trouve également une station de radio, une clinique ainsi qu’en sous-sol une fabrication de yakitori qui sont vendu pendant les tournois. Avant d’être situé à son emplacement actuel, le Kokugikan a connu plusieurs emplacements.