A la une :
Accueil » Actualités » Lutteurs » Interviews » Réactions des lutteurs sur les critiques de Hakuhô

Réactions des lutteurs sur les critiques de Hakuhô

Polémique de Hakuhô : quelques réactions de lutteurs

Hakuho en conférence de presse
Hekuho en conférence de presse

Une semaine après que le yokozuna mongol Hakuhô ai critiqué la décision des juges, les lutteurs de la division makuuchi ont pesé leurs commentaires semblant jeter de l’eau froide sur la réalisation monumentale lors du tournoi de sumo de janvier.

Hakuhô, qui est devenu le détenteur du record de tous les temps en remportant sa 33ème Coupe de l’Empereur, a fait une violation à l’étiquette après sa déclaration où il s’interrogeait sur le fait que les juges avaient fait appel à un nouveau combat contre l’ôzeki Kisenosato lors du 13ème jour du tournoi.

Les juges ont estimé que les deux hommes étaient tombés pratiquement en même temps du dohyô.

Hakuhô, qui a battu Kisenosato lors du second combat, s’est assuré le championnat, a déclaré lors d’une conférence de presse le 26 janvier : « quand je suis rentré à la maison j’ai regardé la vidéo. C’était du sumo que même un enfant pouvait comprendre » se référant au premier match. « Pourquoi ont-ils appelé à refaire le combat? J’espère qu’ils ont un peu plus le sens de l’urgence« .

Et pour contrarier davantage l’Association de Sumo, une allusion à peine voilée sur la discrimination raciale :

« La couleur de la peau n’a pas d’importance. Quand je suis sur le dohyô, j’ai l’esprit du Japon lacé dans mon chignon. Nous sommes tous des êtres humains » avait-il dit avant d’être strictement réprimandé.

Le yokozuna est apparu plus tard dans une émission télévisée pour s’excuser sans expliquer ce qu’il entendait par ses remarques (lire l’article).

Interrogé à la fin du mois dernier sur les commentaires de Hakuhô, Kisenosato a dit : « je donne seulement le meilleur de moi-même quand je suis sur le dohyô« .

Gôeidô, un autre lutteur d’origine japonaise qui apprécie Kisenosato, n’a pas voulu remettre de l’huile sur le feu : « nous n’avons rien à ajouter sur le sujet » a déclaré Gôeidô qui se trouvait lundi au Kokugikan pour faire un bilan de santé.

Mais le monde cloîtré du sumo connait un regain de popularité puisque le dernier tournoi s’est déroulé tous les jours à guichets fermés, un yokozuna – et surtout Hakuhô qui a atteint le record, doit donner l’exemple.

« Les juges décident de qui a gagné ou perdu. On m’a toujours enseigné que c’est mal si je lutte et que le résultat fait appel à un monoii. Même si tout le monde se bat durement… » a déclaré un lutteur de la division makuuchi qui a préféré rester anonyme.

Kyokutenhô, un compatriote mongol qui a 40 ans est actuellement le lutteur le plus âgé de le division d’élite, a déclaré : « je ne pense pas qu’il voulait dire quelque chose de mal. Il y a des subtilités difficiles dans la langue japonaise« .

Suite aux excuses de la part de Hakuhô, l’Association Nationale de Sumo a fait savoir que l’affaire était terminée. La polémique est désormais close.

Hakuhô a pu se rendre à Narita accompagné d’autres rikishi pour la fête de setsubun où il a pu offrir à la foule des grains de haricots censés porter chance.

Source : Japan Times

Hakuhô - 白鵬

Hakuhô Shô (alias Munkhbat Davaajargal). Fils d’un grand champion de lutte mongole, Hakuhô débute le sumo en 2001 alors qu’il ne pèse que 62 kg. Il obtient son premier titre en mai 2006 et devient ôzeki l’année suivante. Il est promu yokozuna en juillet 2007 puis en janvier 2015 devient le recordman historique du nombre de titres.

A lire également :

Goeido vainqueur aki basho 2016

Goeido, prochain yokozuna japonais?

Goeido, prochain yokozuna japonais? Goeido est devenu le premier ôzeki kadoban de l’histoire à soulever …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *