A la une :
Accueil » Actualités » Dossiers » Sumo, sumotori, rikishi, quelles différences?

Sumo, sumotori, rikishi, quelles différences?

Sumo, sumotori, rikishi, quelles différences? Petit tour d'horizon des différentes appellations.
Sumo, sumotori, rikishi, quelles différences? Petit tour d’horizon des différentes appellations.

Sumo, sumotori, rikishi, quelles différences?

Lorsque l’on s’intéresse au sumo on entend beaucoup de termes et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Comment parler des lutteurs? Sumo, sumotori, rikishi? Et, est-ce qu’il y a des différences dans toutes ces appellations? Petit tour d’horizon pour mieux s’y retrouver.

Sumo :

Alors qu’est que le sumo? Je crois que vous le savez tous mais pourquoi entendons-nous parfois :  « j’ai vu hier un sumo dans les rues de Tokyo » ou « il est gros comme un sumo« ? Soyons très clair, le sumo désigne la discipline en elle même et non le pratiquant, c’est tout. Il est ainsi correct de dire :

  • Je fais du sumo
  • J’aime regarder le sumo
  • Je voudrais assister à un entraînement de sumo
  • Ce lutteur pratique un bon sumo

Le sumo est le nom du sport, tout comme le judo. Le pratiquant de judo est un judoka. Alors le titre du film de Jill Coulon « Tu seras sumo«  est-il erroné? Hé bien oui car on ne dirait pas à quelqu’un « Tu seras judo« . Ne dites plus :

  • Ce sumo est énorme
  • J’ai fait un selfie avec un sumo
  • Les sumo sont coiffés comme les samouraïs
Que dit le dictionnaire? 

Sumo : Lutte traditionnelle, liée au culte du shinto, pratiquée au Japon. Plus qu’un véritable art martial, le sumo est une forme ancienne de lutte pratiquée au Japon et utilisant les techniques de préhension.

Un entrainement de sumo entre les rikishi Takarafuji et Terunofuji
Un entrainement de sumo entre les rikishi Takarafuji et Terunofuji

 

Sumotori :

Un terme correct pour parler d’un lutteur de sumo mais qui n’est utilisé que par les Français (et peut-être dans d’autres pays aussi).

Ne dites pas à un japonais « j’aime ce sumotori », il comprendrait mais trouverait cette expression indélicate et malpolie. Au Japon, les lutteurs sont très estimés et sumotori est un manque de respect. Sumotori peut toute fois être employé pour désigner un jeune apprenti.

Que dit le dictionnaire? 

Sumotori : Lutteur de sumo. Le terme usuel sumotori désigne en fait un rikishi débutant.

La formation des sumotoris dure 6 mois.
La formation des sumotoris dure 6 mois.

Rikishi :

Si le mot sumotori n’est pas correct au Japon, alors comment sont-ils appelés là-bas? Rikishi est le plus couramment employé.

Les caractères sino-japonais pour écrire rikishi (力士) sont celui de la force (力) et de Monsieur (士) au sens noble que l’on retrouve également dans samouraï et qui par extension, désigne une personne instruite.

Que dit le dictionnaire? 

Rikishi : Nom des lutteurs de sumo au Japon

Le yokozuna Hakuho est le rikishi le plus titré de l'histoire du sumo
Le yokozuna Hakuho est le rikishi le plus titré de l’histoire du sumo

 

Et c’est tout?

Osumosan

Au Japon le terme de « osumosan« , certes moins fréquent, est également employé. Le préfixe « o » est une marque de respect et le suffixe « san » en japonais est l’équivalent de Monsieur. C’est l’expression la plus polie qui soit et qui se traduirait dans les albums de Tintin par « vénérable Monsieur sumo » 🙂

~zeki

Enfin, pour s’adresser à un lutteur en particulier, le suffixe « zeki » est accolé à son nom en signe de politesse. Les journalistes parlent à « Kotoshogiku-zeki » et les fans demandent à « Terunofuji-zeki » de faire une photo avec lui ou d’avoir un autographe.

A lire également :

Aurora, lutteur russe de 271kg

Être sumotori, un problème de poids

Les lutteurs de sumo sont des sportifs mais leur corpulence et leur poids peuvent aussi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *