A la une :
Accueil » Actualités » Lutteurs » Interviews » Tochinoshin prêt pour la promotion au rang d’ôzeki

Tochinoshin prêt pour la promotion au rang d’ôzeki

Tochinoshin prêt pour la promotion au rang d'ôzeki
Tochinoshin lors de la conférence de presse.

Tochinoshin prêt pour la promotion au rang d’ôzeki

Le sekiwake Tochinoshin est prêt à être promu au rang d’ôzeki après la réunion du conseil d’administration de la Japan Sumo Association le 30 mai grâce à ses 37 victoires au cours des trois derniers tournois. Son récent succès lors du dernier tournoi comprend une victoire contre le yokozuna Hakuho.

A 30 ans, dont le vrai nom est Levan Gorgadze, sera le premier ôzeki géorgien, et le quatrième lutteur le plus âgé à être promu à ce grade depuis 1958.

« Je suis tellement heureux de terminer le tournoi avec une victoire« , a déclaré Tochinoshin après son combat contre Ikioi. « Je vais lutter de la même manière que je le fais maintenant quand je serai ôzeki« , a ajouté le lutteur, qui a surmonté les difficultés de la langue et de la culture pour devenir l’un des visages les plus populaires dans le monde du sumo contemporain.

L’imposant Tochinoshin – pesant 169 kg pour 191 cm – est connu pour son style de combat puissant. Il a rejoint le monde du sumo professionnel en rejoignant l’écurie Kasugano en février 2006 après avoir remporté la deuxième place dans la catégorie poids lourds des championnats du monde juniors de sumo l’année précédente. Il n’a pas eu de problème à pratiquer le sumo mais a fait face à d’autres difficultés. « J’ai traversé des moments difficiles et je me sentais seul parce que je ne comprenais pas la langue (japonaise)« , a déclaré Tochinoshin.

Ce dernier est très reconnaissant de l’ouverture d’esprit de son camarade, Hiromitsu Munakata, 40 ans, pour s’habituer à la vie au Japon. L’aîné a enseigné à Tochinoshin la langue japonaise en utilisant une liste de mots japonais-géorgien trouvée par l’épouse du maître d’écurie sur Internet, car aucun dictionnaire des deux langues n’était facilement disponible. Tochinoshin, qui a dit avoir appris des mots japonais tels que soji (nettoyage) et hashi (baguettes) un par un, a parlé avec tendresse de Munakata, disant: « Son attitude n’a pas changé parce que j’étais un étranger« .

Tochinoshin a déclaré qu’il était également aidé par la présence de Gagamaru, 31 ans, un autre lutteur géorgien appartenant à l’écurie Kise. Les deux ont l’habitude de concourir ensemble dans des tournois de judo à domicile. Ils se rencontraient presque tous les jours dans un parc de Tokyo situé à mi-chemin entre leurs écuries. «Nous avons beaucoup parlé en mangeant des bonbons glacés que nous avons achetés dans des supérettes», se rappelle Tochinoshin. Gagamaru a déclaré: «Je suis juste allé au parc et il était là, nous n’avons pas pris la peine de prendre rendez-vous. »

Tochinoshin a d’abord été surpris à l’écurie par le réveil à 4 heures, mais il s’est vite concentré sur ses muscles, sautant même ses siestes du jour après l’entraînement du matin et le petit déjeuner. « Il a fait des efforts constants sans compter sur son bon physique, c’est pourquoi sa carrière s’épanouit maintenant« , a déclaré Munakata.

Les lutteurs ôzeki ont le droit de se rendre en voiture au Kokugikan, mais Tochinoshin, qui avait connu des hauts et des bas avant d’atteindre cette étape de sa carrière, a déclaré: « Je préfère marcher car mon écurie est à proximité« .

en Click on the title bellow for article in English : 

Tochinoshin set for promotion to ozeki after overcoming language, culture differences

Tochinoshin set for promotion to ozeki after overcoming language, culture differences

Sekiwake Tochinoshin is poised to be promoted to sumo’s second highest rank of ozeki in a Japan Sumo Association board of directors meeting on May 30, following his impressive 37 total wins in the last three Grand Sumo tournaments, including the just completed summer tourney where he emerged victorious in 13 out of 15 bouts. His recent success in the latest competition includes a win against grand master yokozuna Hakuho.

The 30-year-old sumo wrestler, whose real name is Levan Gorgadze, will be the first ozeki from the Caucasian country of Georgia, and the fourth oldest rikishi to be promoted to that rank since 1958.

« I am so happy to end the summer tourney with a win, » Tochinoshin said after his bout against No. 5 maegashira Ikioi. « I will wrestle the same way as I’m doing now when I become ozeki, » added the professional wrestler, who overcame language and culture differences to become one of the most popular faces in the contemporary sumo world.

The towering Tochinoshin — weighing 169 kilograms with a height of 191 centimeters — is known for his powerful fighting style. He joined the professional sumo world by becoming a member of the Kasugano stable in February 2006 after winning the No. 2 slot in the heavyweight class of the world junior sumo championships the previous year. He had no problem in practicing sumo but faced other difficulties. « I went through hard times and felt lonely because I did not understand the (Japanese) language, » Tochinoshin said.

The wrester is very thankful for the open-minded support from his senior stablemate Hiromitsu Munakata, 40, in getting used to life in Japan. The senior taught Tochinoshin the Japanese language using a Japanese-Georgian word list found by the stable master’s wife on the internet, as no dictionary of the two languages was readily available. Tochinoshin, who said he learned Japanese words such as soji (cleaning) and hashi (chopsticks) one by one, spoke of Munakata fondly, saying, « His attitude didn’t change because I was a foreigner. »

Tochinoshin said he was also helped by the presence of Gagamaru, 31, another Georgian wrestler belonging to the Kise stable. The two used to compete together in judo tournaments back home. They met almost every day at a park in Tokyo that was located halfway between their stables. « We talked a lot while eating ice candy we bought at convenient stores, » recalled Tochinoshin. Gagamaru said, « I just went to the park and he was there. We didn’t bother to make appointments. »

Tochinoshin said he was initially surprised by the 4 a.m. wakeup time at the stable, but he soon focused on building up his muscle, even skipping his daytime naps after morning training and breakfast. « He made steady efforts without relying on his good physique. That’s why his career is blooming now, » said Munakata.

Ozeki wrestlers are entitled to take a car to Ryogoku Kokugikan, but Tochinoshin, who had experienced various ups and downs before reaching this stage in his career, said, « I would rather walk as my stable is nearby. »

Written by Kyodo

Crédits photo : Asahi

A lire également :

Hakuho

Hakuho est soulagé de finir par une victoire après une année difficile

Hakuho est soulagé de finir par une victoire après une année difficile Après le scandale …

Un commentaire

  1. Très intéressant !

    Petit souci au second paragraphe :  » À 30 ans, dont le vrai nom est Levan Gorgadze, » ça n’est pas français : il manque un  » Tochinoshin » ou un  » l’actuel sekiwake  » quelque part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *