A la une :
Accueil » Promotions en ôzeki et yokozuna

Promotions en ôzeki et yokozuna

Promotions en ôzeki et yokozuna

Ozeki
Yokozuna

Le système des promotions pour devenir yokozuna et ôzeki sont parfois complexes et les conditions nécessaires pour être promu sont multiples. Explications.

Devenir ôzeki

Les conditions de promotion pour devenir ôzeki sont théoriquement les suivantes :

  • être san’yaku  depuis 3 hon-basho et avoir cumulé 33 victoires sur ces 3 tournois.

Cette règle a évolué dans le temps : il y a 20 ans, il fallait seulement 30 victoires. Dans la pratique, c’est la NSK qui annonce le point de départ de ce cycle (ôzeki-tori) et annonce les promotions.

Promotion d'Ozeki

Promotion de Kotoshogiku au rang d’ôzeki

Devenir yokozuna

Les conditions de promotion pour devenir yokozuna sont théoriquement les suivantes :

  • être ôzeki, aligner deux yûshô consécutifs ou obtenir une performance équivalente (au moins 38 victoires sur les 3 derniers hon-basho).

La notion de « performance équivalente » est très floue, mais il semblerait qu’il faudrait y adjoindre en plus un résultat de 13 victoires minimum sur le dernier hon-basho.
Dans la pratique, c’est un conseil séparé de la NSK, le Yokozuna Shingi Iinkai ou Conseil de délibération des yokozuna, qui est chargé d’étudier les promotions, d’annoncer le point de départ du cycle de promotion (tsuna-tori) et d’annoncer les promotions. Ce conseil est composé de membre du bureau de la NSK mais aussi de personnalités de la société civile non liés à la NSK. Plus que les résultats, c’est l’attitude du lutteur qui est prise en compte et son aptitude à devenir un modèle et le représentant public de l’Ozumo, le sumo professionnel.

Promotion de yokozuna Promotion de Harumafuji au rang de yokozuna

 Toutes les conditions ci-dessus ne sont souvent qu’un point de repère pour les lutteurs. Les promotions, même elles correspondent la plupart du temps à une réelle position du lutteur dans le classement, ne sont accordées qu’avec parcimonie surtout ces dernières années. On a vu beaucoup de rikishi qui avaient souscrit aux conditions requises mais qui n’ont pas été promus, que ce soit pour le grade d’ôzeki ou pour le titre de yokozuna.