Accueil » Entraînement des lutteurs de sumo

Entraînement des lutteurs de sumo

La force

Les exercices de force

L’exercice de base d’un lutteur, pour prendre de la force est le «teppô » :

Il s’agit pour le rikishi de frapper le teppô, un gros pilier en bois, alternativement, avec chaque main, dans un mouvement énergique ; cela a pour but de renforce les poignets, bras et épaules des lutteurs.

teppo d'entraînementCertains se servent également du teppô pour s’entrainer à l’ atari, c’est-à-dire au choc entre deux lutteurs, en cognant le pilier avec leurs épaules, un peu comme des rugbymen ou des footballeurs américains le feraient pour s’entrainer à plaquer leur adversaire. Longtemps décriée, aujourd’hui sans doute trop largement pratiquée, la musculation est une activité essentielle pour faire acquérir de la force aux rikishis.

Peu de jeunes lutteurs ont les moyens de s’entrainer dans une salle de musculation, c’est quand ils atteignent le rang de titulaire (avec un salaire) , qu’ils peuvent le faire. Ainsi, ils se contentent d’outils sommaires mis à la disposition de la heya pour eux.

Ainsi, les rikishi font énormément de pompes au sol, qui reste l’exercice de base pour se renforcer la cage thoracique et les bras ; des exercices de musculation avec des haltères (chaque heya en a quelques paires) pour les biceps, les triceps et les épaules ; enfin, pour se renforcer la zone des hanches, des cuisses et des lombaires, les lutteurs effectuent des « squats » (flexion de jambes), parfois avec des sacs de sable, parfois avec un rikishi sur leur dos…

Il est à noter que bon nombre de lutteurs très célèbres étaient également très fort, et auraient pu aisément se reconvertir dans la force athlétique : Kirishima avait un squat de plus 300kg, pour à peine 120kg de poids de corps, Chiyonofuji développait couché plus de 200kg, Konishiki passait plusieurs répétitions à la presse à cuisses, à plus de 700kg ( !) ; quant à Kaio, avec ses 100 kg de force de poigne était capable d’effectuer un soulever de terre à plus de 300kg.