Accueil » Tournois » Tournoi de janvier : Hatsu basho » J6 – Kakuryû maintient sa position de tête

J6 – Kakuryû maintient sa position de tête

Kakuryû maintient sa position de tête
Kakuryû repousse Kotoshôgiku

Kakuryû maintient sa position de tête

Malgré une opposition très forte de Kotoshogiku, le yokozuna Kakuryû réussit à garder son invincibilité à 6 victoires pour 0 défaite.

Abandons en série…

Mais le fait du jour est encore extra sportif : c’est l’abandon du seul yokozuna japonais Kisenosato sur blessure. Tagonoura oyakata, son chef d’écurie, a précisé que le lutteur souffrait des muscles pectoraux qui l’empêchaient de lutter correctement. Cet abandon pose le problème de la continuité de la carrière de Kisenosato, car il a déjà quitté les quatre derniers tournois sans pouvoir les terminer. Le conseil de délibération des yokozuna, qui suivait déjà les mauvaises performances du lutteur japonais, risque de donner un avis défavorable à cette continuité si la série d’abandon continue dans le futur.

Deuxième abandon le même jour : c’est le vétéran Aminishiki, qui aura 40 ans fin 2018, et qui a subi une très lourde chute hier, abîmant son genou jusqu’à l’empêcher de remonter sur le dohyô pour saluer son adversaire. Il est probable que le lutteur prendra une retraite bien méritée.

Le groupe de tête et les autres

Sur le dohyô, les combats se sont succédé sans changer particulièrement le classement. En dernier combat de la journée, Kakuryû est venu à bout de son adversaire Kotoshôgiku. Ce dernier, fidèle à sa stratégie de bulldozer, a foncé devant lui mais sans parvenir à déstabiliser le mongol. Kakuryû a alors réussi à agripper le mawashi de son adversaire pour l’obliger à sortir du cercle sacré.

A égalité de victoire avec le yokozuna mongol, le maegashira 16 Asanoyama continue son petit bonhomme de chemin en battant Ishiura, et le sekiwake Mitakeumi reste lui aussi à 6-0 grâce à son succès sur le maegashira 1 Hokutofuji. Pour terminer le tableau, le Maegashira 3 Tochinoshin, le lutteur géorgien, bat le komusubi Takakeisho.

Derrière les quatre hommes de tête, un grand ménage s’est fait car il n’y a plus que deux lutteurs à 5-1, Daieisho (M13) et Shohozan (M9). A souligner les défaites notamment des ozeki Goeidô et Takayasu, ce dernier ayant glissé à son tachi-ai, qui retombent tous les deux à 4 victoires pour 2 défaites.

en Click on the title bellow for article in English : 

TOKYO (Kyodo) — Yokozuna Kakuryu survived a tough battle to retain his share of the lead on Friday, the sixth day of the New Year Grand Sumo Tournament.

On a day when the back story threatened to overshadow the action, Kakuryu (6-0) and former ozeki Kotoshogiku provided the day’s highlight in the day’s final bout. His victory left Kakuryu tied with three other wrestlers at 6-0.

Kotoshogiku, now wrestling as a No. 2 maegashira, seized the initiative with a solid opening charge, but was unable to put away Kakuryu. It took some maneuvering, but the yokozuna finally managed to grab a belt hold and force Kotoshogiku (2-4) out. The win improved Kakuryu’s record in their long-running rivalry to 25-22.

The day’s thrilling finale was in contrast to the bleak news the day started with as Kisenosato became the second yokozuna in two days to withdraw with an injury. Yokozuna Hakuho had pulled out the day before.

Ozeki Goeido failed to keep pace with the leaders, suffering his second loss to longtime nemesis Yoshikaze (3-3), who won his third straight bout. It was the No. 2 maegashira’s 12th victory in their 23 career bouts.

After bouncing off each other in their initial collision, Goeido lowered his head for another charge, but his attack developed too slowly and from too far away. Yoshikaze read the situation perfectly and applied downward pressure on his opponent, who was easily slapped down.

« I’ve wrestled the ozeki so many times, that I could anticipate a lot, » Yoshikaze said. « I was not thinking about winning as much as fighting a good match, and letting my training take over. »

The ozeki rank suffered another ignominious defeat soon after, when Takayasu (4-2) lost his footing. Recoiling from a shove by komusubi Onosho (3-3), the ozeki’s foot slipped on the sandy surface. He was unable to regain his balance and stumbled onto all fours.

Earlier, sekiwake Mitakeumi (6-0) overpowered No. 1 maegashira Hokutofuji (1-5) in a straight-forward shoving match that was as quick as it was artless.

Georgian No. 3 maegashira Tochinoshin doggedly forced out Takakeisho (2-4), beating the up-and-coming 21-year-old for the first time in three career bouts to improve to 6-0 for the tournament.

In the first match on the day’s makuuchi division card, 16th-ranked maegashira Asanoyama (6-0) kept his wits about him as he pursued and finally shoved out tricky No. 15 Ishiura (3-3).

Mainichi Japan

Crédit Photos : Japan Time

  • Makuuchi
  • Juryô
Rikishis
Kimarites
Rikishis
Ishiura
石浦
(Maegashira 15)
3-3
Asanoyama
朝乃山
(Maegashira 16)
6-0

Daiamami
大奄美

(Maegashira 17)
2-4

Nishikigi
錦木

(Maegashira 15)
3-3
Takekaze
豪風
(Maegashira 13)
1-5
Ryuden
竜電

(Maegashira 16)
3-3
Sokokurai
蒼国来

(Maegashira 12)
2-4
Daieisho
大栄翔
(Maegashira 13)
5-1
Yutakayama
豊山

(Maegashira 14)
3-3
Kagayaki

(Maegashira 12)
3-3
Abi
阿炎

(Maegashira 14)
3-3
Daishomaru
大翔丸

(Maegashira 11)
3-3
Shôhôzan
松鳳山

(Maegashira 9)
5-1
Kotoyuki
琴勇輝

(Maegashira 11)
4-2
Tochiôzan
栃煌山

(Maegashira 8)
4-2
chiyomaru
Chiyomaru
千代丸
(Maegashira 9)
4-2
Aminishiki
安美錦

(Maegashira 10)
1-5
Kaisei
魁聖
(Maegashira 8)
3-3
Takarafuji
宝富士

(Maegashira 6)
4-2
Chiyonokuni
千代の国

(Maegashira 7)
1-5
Okinoumi
隠岐の海
(Maegashira 5)
2-4

Chiyoshoma
千代翔馬

(Maegashira 7)
4-2

Shodai
正代
(Maegashira 4)
3-3

Endo
遠藤
(Maegashira 5)
4-2

Ikioi

(Maegashira 6)
1-5

Arawashi
荒鷲

(Maegashira 4)
3-3

Takakeisho
貴景勝
(Komusubi)
2-4
Tochinoshin
栃ノ心

(Maegashira 3)
6-0
Mitakeumi
御嶽海
(Sekiwake)
6-0
Hokutofuji
北勝富士
(Maegashira 1)
1-5
Ichinojo
逸ノ城

(Maegashira 1)
2-4
Tamawashi
玉鷲
(Sekiwake)
2-4
Gôeidô
豪栄道

(Ozeki)
4-2
Yoshikaze
嘉風

(Maegashira 2)
3-3
Onosho
阿武咲

(Komusubi)
3-3
Takayasu
高安
(Ozeki)
4-2
Chiyotairyû
千代大龍
(Maegashira 3)
1-5
Kisenosato
稀勢の里

(Yokozuna)
1-5
Kakuryû
鶴竜

(Yokozuna)
6-0
Kotoshôgiku
琴奨菊

(Maegashira 2)
2-4
DOSUKOI.FR -Le site français du sum
Rikishis
Kimarite
Rikishis

Mitoryu
水戸龍
(Juryô 13)
4-2

Shimanoumi
希善龍

(Makushita 2)
1-4

Yamaguchi
山口

(Juryô 12)
2-4

Kizenryu
希善龍

(Juryô 14)
2-4

Daishoho
大翔鵬
(Juryô 13)
5-1
Takagenji
貴源治

(Juryô 11)
4-2
Seiro
青狼

(Juryô 10)
2-4
Tochihiryu
栃飛龍

(Juryô 12)
1-5
Akua
天空海

(Juryô 14)
1-5
Kotoeko
琴恵光

(Juryô 10)
4-2
Sadanoumi
佐田の海
(Juryô 7)
4-2
Takanosho
隆の勝

(Juryô 9)
4-2
Tsurugisho
剣翔
(Juryô 6)
2-4
Amakaze
天風

(Juryô 8)
4-2
Homarefuji
誉富士

(Juryô 7)
2-4
Chiyonoo
千代ノ皇

(Juryô 6)
6-0
Osunaarashi
大砂嵐

(Juryô 8)
1-5
Gagamaru
臥牙丸

(Juryô 5)
3-3
Azumaryu
東龍

(Juryô 2)
3-3
Hidenoumi
英乃海
(Juryô 3)
3-3
Tokushôryû
徳勝龍

(Juryô 5)
4-2
Aoiyama
碧山

(Juryô 2 )
2-4
Myogiryu
妙義龍
(Juryô 1)
3-3

Kyokushuho
旭秀鵬

(Juryô 4)
2-4

Meisei
明生

(Juryô 4)
1-5
Kyokutaisei
旭大星

(Juryô 1)
4-2

A lire également :

J12 – Tochinoshin prend la tête

Tochinoshin prend la tête du classement Tochinoshin s’est emparé de la tête du tournoi ce …

10 commentaires

  1. Je ne comprends vraiment pas les commentaires de certains sur Kisenosato…
    Premièrement, pour devenir yokozuna, la condition préalable est de gagner deux tournois de suite… ou d’avoir réussi une performance équivalente !
    Son année 2016 a été considérée comme équivalente à un tournoi gagné : 69 victoires, le plus grand nombre de victoires cette année-là. C’est le premier, dans l’ère moderne du sumo, à avoir accumulé autant de victoires sans avoir gagné un seul tournoi ; cela se traduit aussi par le fait qu’il a été quatre fois second du tournoi cette même année.
    On peut aussi ajouter sa très grande régularité au fil des années : aucun retrait dû à des blessures ou autre – il avait terminé tous ses tournois depuis le début ! –, et n’avait eu plus de huit défaites par tournoi depuis 2010.
    Cette équivalence n’est pas là pour promouvoir au rang suprême le premier japonais venu, l’avant-dernier yokozuna promu avait, lui aussi, gagné qu’un seul tournoi avant sa promotion. La NSK avait, je pense, plus rien à prouver concernant sa patience ; prétendre qu’il en a été autrement, est une offense pour la NSK, et pour Kisenosato.
    Et cependant, après sa promotion, Kisenosato n’était pas satisfait, il a exigé de lui-même qu’il devait gagner le tournoi suivant pour en être digne : blessé deux jours auparavant – blessure qui est toujours là –, il a tout de même réussi.
    Ainsi, nous pouvons estimer, que ses deux tournois gagnés de suite, il les a.
    Cela faisait 22 ans qu’un yokozuna n’avait pas gagné son tournoi d’introduction au rang de demi-dieu !
    Depuis ce fait, où il a été à la hauteur de son rang, il n’a pas terminé un seul tournoi ! Les qualificatifs « piètre » et « médiocre » se retournent contre ceux qui ne comprennent pas qu’il a une blessure trop handicapante. Depuis 2002, il ne s’est retiré que de cinq tournois… les cinq derniers tournois… cinq à la suite… mais pour certains, c’est être un piètre et médiocre yokozuna !
    Eh bien non, c’est un yokozuna digne mais blessé – on ne peut être digne et médiocre à la fois, ou alors vous ne comprenez vraiment pas ce qu’est le rang de yokozuna.
    Son erreur, à l’instar de presque tout le monde du sumo, est d’avoir refusé de prendre une longue pause pour se faire opérer. Sportivement parlant, c’est stupide, oui, mais presque tous les rikishis font la même erreur.
    Il y a de fortes chances que Kisenosato « prenne ses responsabilités », mais le parcours de Kakuryu depuis l’année passée, et donc son retour actuel, devrait amener à la retenue dans les commentaires…

  2. C’est inéluctablement le début de la fin pour beaucoup car le temps passe. Kisenosato a 31 ans et est parvenu à atteindre son but. Goeido (32 ans) n’aura sans doute pas l’opportunité d’être comme son homologue un Yokozuna médiocre et finira en Ozeki honorable voire remarquable. Hakuho malgré sa supériorité indéniable subit du haut de ses 32 ans les affres de l’age. Moins de force, impact diminué compensé par des Tachi-aï de plus en plus fourbes. Nervosité et inquiétude lorsque son bras droit est neutralisé. Le plus inquiétant, c’est que paradoxalement c’est lui qui peut dominer encore cette année. Kakuryu lui aussi agé de 32 floraisons de cerisier espérant que son compatriote se blesse le plus souvent possible et que demain Tochinoshin soit plus Bruce banner que Hulk.

    C’est l’année idéale pour les jeunes qui ont les dents qui rayent le dohyô. Mitakeumi est un Ozeki en puissance concurrencé par l’ours géorgien Tochinoshin sur ce tournoi et je crois beaucoup en Asanoyama. Remarquez, je croyais beaucoup en Ichinojo qui finalement semble n’être nippon ni mauvais. Comme le dit le proverbe japonais : On commence à vieillir quand on finit d’apprendre.

    • Jolie plume ! J’ai beaucoup aimé vos expressions 🙂

    • Kisenosato est peut-être arrivé à son but, mais quel piètre Yokozuna ! Il ne marquera pas les annales du sumo en tant que Yokozuna
      Hakuho, quant à lui, se cherche des motivations après son parcours exceptionnel. Pour moi, il est et restera le plus grand Yokozuna de tous les temps.
      Mais le temps du renouveau est effectivement arrivé.

      • Hakuho est le plus grand si on regarde les chiffres… mais après, de par son style et son côté limite niveau respect, il n’est pas le plus grand , loin de là… enfin c’est mon avis.
        A mon plus grand plaisir, la nouvelle ère arrive.

    • Dire que Kisenosato est un Yokosuna médiocre, c’est un peu trop fort. Son épaule est probablement bien plus touché que ce qui a été dit et il n’a rien fait pour la faire guérir en reprenant beaucoup trop tôt. Il montre énormément de bravoure et de mépris pour sa santé. A cause de cela il est perçu comme médiocre alors que paradoxalement, cela fait de lui l’un des rikishi les plus honorables et respectable. Dans la même situation Hakuho, Kakuryû ou Harumafuji ne se seraient pas autant entêté et aurait lâché l’affaire bien plus tôt.

      Toutefois il aurait dû prendre sa retraite après son second tournoi gagné, mais il ne le fera pas de lui-même. Abandonner est un crève-cœur pour lui tout comme se savoir incapable de tout donner pour un combat.

  3. À peine Yokozuna, Kisenosato est effectivement sur la fin. Il n’assure pas mentalement ce statut.
    Sa nomination en tant que Yokozuna était déjà critiquable, car nommé après seulement un tournoi remporté! Ses résultats précédents étaient dans une bonne moyenne mais pas exceptionnels.

    • Très juste.. il semble que son titre de Yokozuna ait été motivé par la longue « diet » de Yokozuna japonais… enfin cest mon ressenti. Il semble que le fait que Kotoshogiku n’ait pas reussi à devenir Yokozuna, le conseil a sauté sur l’occasion d’avoir un Yokozuna au moment oú Kisenosato était performant…
      Après, ça reste un bon et une blessure à l’épaule reste assez dramatique pour la suite d’une carrière dans le sumo, vu les chocs répétés que les épaules subissent.
      En un mois, peut-être allons nous assister à deux retrait de Yokozuna ( historique?).

  4. Edit : * Yokozuna

  5. Comme pressenti il y a quelques semaines, Yokuzuna Kisenosato est sur la fin… Hormis le tournoi de janvier 2017, ils enchaînent les mauvais combats et les blessures. Je pense même qu’au-delà de ses blesures, c’est le mental et sa confiance perdues qui sont responsables de ses contre-performances…
    Réponse dans quelques jours… mais ça semble logique qu’il se retire avant qu’il soit pousser à arrêter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *