Accueil » Actualités » Dossiers » Oui les lutteurs sont en surpoids, mais sont-ils en mauvaise santé ?

Oui les lutteurs sont en surpoids, mais sont-ils en mauvaise santé ?

Le yokozuna Hakuhô, au palmarès inégalé.

Oui les lutteurs sont en surpoids, mais sont-ils en mauvaise santé ?

Selon les standards de notre société (notamment le calcul de l’IMC : Indice de Masse Corporelle), les lutteurs de sumo pourraient être considérés comme obèses.

Le graphique suivant montre la détermination classique du surpoids ou pas :

Calcul-IMC

Bien entendu, pour un sportif, on voit rapidement les limites de ce calcul, ainsi si l’on prend un joueur de rugby du XV de France comme Louis Picamoles (1,92 m pour 117 kg), il se rangerait dans la catégorie dite de « faible obésité », or il a le physique d’un athlète accompli selon les « standards » habituels.

De même, le champion toute catégories Hakuhô (1,92 m pour 156 kg – cf photo) à une indice IMC qui n’est pas mesurable sur l’échelle mentionnée plus haut. Il en va de même pour les autre rikishi.

Est-ce à dire pour autant que les lutteurs de sumo ne sont pas en bonne santé ?

Certes les lutteurs pèsent généralement entre 140 et 180 kg, et ils ingèrent chaque jour entre 5000 et 7000 calories, dont une partie composée d’aliments frits.  Et bien que leur régime alimentaire soit faible en aliments transformés et en sucre, personne ne pourrait prétendre que leur régime alimentaire est sain.

Et pourtant, ils ne souffrent pas d’afflictions normalement associées à l’obésité.

Leurs taux de glucose (sucre) et de triglycérides (graisses) plasmatiques (présentent dans le sang) sont normaux. Même leurs niveaux de cholestérol sont bas. Comment se fait-il qu’ils puissent échapper aux effets sur la santé de l’excès de poids alors que le reste d’entre nous ne le peut pas malgré une corpulence moindre ?

Le mystère expliqué…

La question a intrigué les médecins pendant des années, jusqu’à ce qu’une étude utilisant l’imagerie par tomographie assistée par ordinateur ait examiné les dépôts de graisse sur les lutteurs de sumo.

L’étude a révélé que, bien que les lutteurs aient des ventres énormes, la majeure partie de leur graisse abdominale est stockée immédiatement sous la peau, et non derrière la paroi de l’estomac dans l’intestin ou dans la région viscérale.

En fait, les lutteurs de sumo avaient environ la moitié de la graisse viscérale des personnes ordinaires souffrant d’obésité viscérale.

Cette distribution de graisses est essentielle pour comprendre la graisse corporelle et la santé. Alors que les lutteurs de sumo ne sont pas ce qui vient à l’esprit lorsque nous pensons à des athlètes en forme, leurs routines d’entraînement sont assez intenses.

En fait, les lutteurs de sumo ne sont protégés des risques pour la santé que s’ils continuent leur entraînement intense.

Lorsque les lutteurs de sumo prennent leur retraite et s’éloignent de leur programme d’exercice, ils développent presque immédiatement plus de graisse viscérale et naissent les problèmes classiques de l’obésité tels que des niveaux élevés d’insuline, de résistance à l’insuline et de diabète.

Évidemment, l’exercice physique du sumo et son alimentation avec une faible teneur en sucre leur permettent d’éviter la graisse viscérale.

Alors, comment une activité intense peut-elle empêcher les lutteurs de sumo de contracter des maladies liées à l’obésité?

Il a été démontré que l’exercice augmente les niveaux d’adiponectine.

Cette hormone améliore la réponse du corps à l’insuline et guide les molécules de glucose et des graisses hors de notre circulation sanguine vers la graisse corporelle, là où elles devraient êtres.

Ceci est important car un excès de glucose et de graisses circulant dans le sang sont des précurseurs du diabète et des maladies métaboliques. Il supprime également de la circulation des lipides toxiques connus sous le nom de céramides, qui contribuent à la résistance à l’insuline, l’inflammation et la mort cellulaire.

Le régime physique intense des pratiquants du sumo (et la libération d’adiponectine) permet de stocker les graisses en périphérie plutôt que dans la zone viscérale. Et quand le lutteur réduit ce régime d’exercice, la graisse viscérale malsaine s’accumule rapidement.

En conclusion, tant qu’ils sont en activité les lutteurs de sumo ont probablement de meilleures analyses sanguines que la majorité d’entre nous !

Pour en savoir davantage sur l’entrainement, n’hésitez pas à consulter l’article dédié ici.

(Image échelle IMC : source Wikipedia)

Source : « The Secret Life of Fat » – S.Tara PhD

A lire également :

Acheter des billets de sumo

Comment avoir ses billets pour la finale?

Je vous ai déjà parlé dans un article des formalités (et des obstacles rencontrés) pour acheter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.