Accueil » Actualités » Lutteurs » Le champion du sumô Hakuhô obtient la citoyenneté japonaise

Le champion du sumô Hakuhô obtient la citoyenneté japonaise

Hakuhô annonce son changement de nationalité
Hakuhô annonce son changement de nationalité

Le champion du sumô Hakuhô obtient la citoyenneté japonaise

Japan Times – 3 Sept.2019

Yokozuna Hakuhô, le grand champion du sumô qui a remporté 42 fois un des tournois majeurs, a acquis la nationalité japonaise après avoir renoncé à sa nationalité mongole, a révélé mardi une publication officielle du gouvernement.

Bien que la nationalité japonaise ne soit pas un obligation pour participer au sumô, la citoyenneté est nécessaire si un lutteur souhaite continuer pour devenir un ancien (oyakata) à sa retraite du cercle sacré.
« Je ferai de mon mieux pour qu’on n’ait pas honte de moi en tant que Japonais », a déclaré Hakuhô aux journalistes devant son écurie (heya) Miyagino à Tokyo.

« Mes 18 années de dévouement au sumô m’ont menés à ce jour», a-t-il ajouté.

Hakuhô, qui a remporté un nouveau titre de la division reine en mars étendant ainsi son record de victoires, a exprimé sa double loyauté envers la Mongolie et le Japon, affirmant que les deux pays et le sport traditionnel du sumo lui ont permis de devenir la personne qu’il est aujourd’hui.

Le lutteur de 34 ans, dont l’épouse est japonaise, a fait ses débuts dans la division Makuuchi en 2004 et a depuis accumulé 1 038 victoires. Il est le seul lutteur de sumo de l’histoire à enregistrer au moins 1 000 victoires en Makuuchi.

Hakuhô a maintenant le droit de rester dans la Nihon Sumo Kyokai (Association Japonaise du Sumô) en tant que maître d’écurie (oyakata), après avoir mis fin à sa carrière de lutteur.

Bien qu’il n’y ait pas de sanction, la loi japonaise n’autorise pas les citoyens à posséder plusieurs nationalités, obligeant ceux qui souhaitent devenir citoyens japonais naturalisés à renoncer à leur statut d’étranger. Hakuhô, de son vrai nom Munkhbat Davaajargal, a abandonné sa citoyenneté mongole en juin après que les autorités du pays eurent accueilli sa demande sur l’appel d’un décret du président Khaltmaa Battulga.

Hakuhô est le troisième yokozuna étranger à accéder à la citoyenneté japonaise après Akebono et Musashimaru, aujourd’hui oyakata Musashigawa, qui ont tous deux renoncé à leur statut de citoyen américain.
Kyokutenhô, ancien mongol et ancien sekiwake, qui est maintenant oyakata Tomozuna, a lui aussi été naturalisé en 2005, mais Hakuhô est le premier de son pays à le faire au rang d’ôzeki ou au-dessus.

« Je veux travailler dur pour le développement du sumo », a déclaré Hakuhô, qui a exprimé ouvertement son désir d’exploiter sa propre écurie après sa retraite.

Un lutteur à la retraite peut obtenir le statut d’ichidai toshiyori, ce qui lui permet de devenir oyakata sous son nom de lutteur si l’Association japonaise de sumo estime que ses réalisations professionnelles sont d’un niveau exceptionnel, un niveau déjà facilement franchi par Hakuhô.

 

A lire également :

Kisenosato et Takayasu en difficultés pour le prochain tournoi

Kisenosato prolonge sa (longue) liste de tournois sans sa présence Kisenosato sera absent du prochain …

Un commentaire

  1. Que dire d’un tel champion cela ne peut être que dans la logique de sa carrière que pour ma par j’espère encore longue et pleines de victoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *