A la une :

Tokushoryu très ému, entre larmes et rires

Tokushoryu interview
Tokushoryu pendant la conférence de presse au lendemain de sa victoire.

Tokushoryu très ému, entre larmes et rires

Après une victoire que personne n’aurait osé prédire, Tokushoryu a prouvé qu’il pouvait être un champion dimanche après-midi.

Après avoir passé 12 des 13 tournois précédents en division juryo, le lutteur de 33 ans a dynamisé le monde du sumo en remportant son premier titre avec un score final de 14-1. Après avoir vaincu l’ozeki Takakeisho, le champion de 1m 81 pour 188 kg s’est effondré en larmes de joie.

Lorsqu’il est revenu sur le dohyo pour la cérémonie de remise de prix ainsi que pour l’interview, Tokushoryu a montré qu’il pouvait tenir le coup sous les projecteurs. Lorsqu’on lui a demandé comment il répondait aux gens qui lui parlaient de remporter le championnat alors qu’il n’avait qu’une seule défaite au milieu du tournoi, Tokushoryu a offert la réponse que les lutteurs doivent donner :

« Je n’y pense pas« , a-t-il dit, avant de changer rapidement de version.

« D’accord. C’est un mensonge. J’ai été réellement absorbé par l’idée (d’un championnat). »

Tokushoryu a combattu tout en bas de la division makuuchi comme maegashira 17 à l’ouest, le côté le moins prestigieux. Après s’être emparé de la tête du tournoi samedi, il a récité le mantra du sumo : « Je ne suis pas concentré sur le championnat. »

« Je l’ai dit parce que je m’étais entraîné à maintes reprises pour des entretiens« , a-t-il plaisanté.

Tokushoryu, qui est resté prêt et ingénieux tout au long du tournoi, a permis à son physique – y compris à son abdomen prononcé – d’être utile, selon son ami et entraîneur Araiso.

« Nous sommes amis depuis huit ans. C’est un être humain délicieux« , a déclaré Araiso, l’ancien yokozuna Kisenosato récemment retraité.

« Les gens lui disent toujours de perdre du poids, mais le poids qui avait été un défaut est maintenant un atout.« 

Si tel est le cas, cela peut être dû en partie au calme positif affiché par Tokushoryu.

« Depuis le début (du tournoi), je pensais que si je donnais tout ce que j’avais, ce serait suffisant« , a-t-il déclaré. « Si je fais de mon mieux sur la charge d’ouverture, je peux avoir les résultats qui suivent. Je l’ai fait tout le temps, et la dernière journée était la même. »

Araiso a dit qu’il était ému par le championnat de son ami en ajoutant que c’était une récompense bien méritée.

« Il est l’image d’un lutteur de sumo (de haut niveau)« , a déclaré Araiso. « C’est le point culminant de ses efforts dans le sumo depuis qu’il est petit. »

Tokushoryu, cependant, n’était pas pressé d’étiqueter ce triomphe comme le point culminant de sa carrière.

Interrogé sur son avenir dans ce sport, où les lutteurs prometteurs ont remporté un tournoi après l’autre, Tokushoryu a déclaré: « Plutôt que de dire que j’ai déjà 33 ans, je préfère me considérer comme n’ayant que 33 ans.« 

en Click on the title bellow for article in English : 

Amid tears and laughter, underdog Tokushoryu brings down house

After a victory no one would have dared predict, Tokushoryu also proved to be a champion in the afterglow on Sunday.

After spending 12 of sumo’s previous 13 grand tournaments in the second-tier juryo division, the rotund 33-year-old energized the sumo world by winning his first title with a 14-1 record. After completing his victory with a win over ozeki Takakeisho, the 1.81-meter, 188-kilogram wrestler broke down in tears of joy.

When he returned to the ring for the award ceremony and the interview that comes with it, the journeyman wrestler showed he could hold his own in the spotlight. Asked how he dealt with people around him talking about a championship when he had only one defeat midway through the 15-day tourney, Tokushoryu offered the answer wrestlers are expected to give.

« I didn’t think about it, » he said, before quickly changing his tune.

« OK. That’s a lie. I was actually absorbed by the idea (of a championship). »

Tokushoryu fought at the very bottom of the elite makuuchi division, on the less prestigious west side, in the lowest rank, No. 17 maegashira. After seizing the tournament lead on Saturday, he’d recited the sumo mantra: « I’m not focused on the championship. »

« I said that because I had been practicing over and over for interviews, » he quipped.

Tokushoryu, who remained poised and resourceful throughout the 15-day tourney, allowed his physique — including a pronounced abdomen — to come in handy, according to his friend, sumo elder Araiso.

« We’ve been friends for eight years. He’s a delightful human being, » said Araiso, the recently retired yokozuna Kisenosato.

« People are always telling him to lose weight, but the weight that had been a shortcoming is now an asset. »

If so, it may have been partly due to the positive calm Tokushoryu exhibited.

« Since the start (of the tournament), I’d been thinking if I give it all I have, that will be plenty, » he said. « If I do my best on the opening charge, I can live with the results that follow. I’d done it my way all along, and the final day was the same. »

Araiso said he was moved by his friend’s championship and said it was a well-earned reward.

« He’s the picture of a (top-level) sumo wrestler, » Araiso said. « This is the culmination of his efforts in sumo since he was little. »

Tokushoryu, however, was in no hurry to label this triumph as his high-water mark in the sport.

Asked about his future in the ring, where up-and-coming wrestlers have been winning one tournament after another, Tokushoryu said, « Rather than say I’m already 33, I prefer to think of myself as being only 33. »

Written by Kyodo

Crédits photo : Asahi

A lire également :

Asanoyama et Takasago oyakata

Asanoyama n’avait pas imaginé gagner si tôt

Asanoyama n’avait pas imaginé gagner si tôt Au lendemain de son premier titre, Asanoyama, vainqueur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *