Asanoyama se retire du tournoi après avoir enfreint les règles de sécurité liées au coronavirus

L'ôzeki Asanoyama
L’ôzeki Asanoyama

Asanoyama se retire du tournoi après avoir enfreint les règles de sécurité liées au coronavirus

L’ôzeki Asanoyama s’est retiré du tournoi d’été jeudi après avoir admis qu’il avait enfreint les directives de sécurité de l’Association Japonaise du sumô (NSK) contre le coronavirus. Le lutteur de 27 ans, qui a actuellement un score de 7-4 au 11ème jour de la compétition de 15 jours au Ryogôku Kokugikan de Tokyo, perdra son combat prévu contre le sekiwake Takayasu le 12ème jour. Faisant partie des quatre lutteurs au deuxième rang du sport, le rikishi de 27 ans partageait la tête d’affiche du tournoi en l’absence du grand champion blessé Hakuhô.

L’ôzeki avait été interrogé par la NSK pour la deuxième fois mercredi au sujet d’un reportage sur le site Web du magazine hebdomadaire Shukan Bunshun qui décrivait ses infractions. Celui-ci alléguait qu’Asanoyama avait dîné avec d’autres personnes avant le tournoi alors que les membres de l’association avaient reçu l’ordre de rester à la maison. Selon le directeur des communications de la NSK, l’oyakata Shibatayama, Asanoyama avait nié l’avoir fait lorsqu’il avait été interrogé pour la première fois par le chef de la conformité de la NSK. L’ôzeki a ensuite révisé sa position lors du nouvel interrogatoire de mercredi.

Les ôzeki qui ne parviennent pas à gagner huit combats dans un tournoi – un destin qui semble maintenant probable pour Asanoyama – sont appelés kadoban et risquent d’être relégués au troisième rang du sport, sekiwake, s’ils échouent pour gagner huit combats dans le grand tournoi suivant. Cependant, si Asanoyama était suspendu pour plusieurs tournois, comme Abi l’a été en juillet dernier, (suspendu pour trois tournois et réduction de salaire de 50% pendant cinq mois), il pourrait redescendre beaucoup plus bas, voire arrêter sa carrière.

Un autre lutteur de la division makuuchi, Ryuden, est actuellement absent de ce tournoi après avoir enfreint les directives relatives aux coronavirus.

Avec plusieurs écuries de sumo ayant été touchées par des épidémies de coronavirus au cours de l’année écoulée, la NSK a accordé la priorité au contrôle des infections.

Un lutteur de 28 ans de la quatrième division la plus élevée du sport est décédé en mai 2020 après avoir attrapé le virus, tandis que 28 lutteurs extérieurs aux deux premières divisions ont été mis à l’écart avant le Grand tournoi de sumo du printemps en mars.

Le grand tournoi du 9 au 23 mai a débuté à huis clos, alors que l’état d’urgence était déclaré à Tokyo et dans d’autres régions du Japon pour lutter contre un pic d’infections au coronavirus. La NSK admet actuellement jusqu’à 5.000 spectateurs par jour au Kokugikan conformément aux directives gouvernementales.

Tous les membres de la NSK ont été testés négatifs pour le virus avant le début du tournoi en cours.

A lire également :

Abi

La NSK rejette la démission d’Abi et le suspend pour trois hon-basho

La NSK rejette la démission d’Abi et le suspend pour trois hon-basho L’ancien komusubi Abi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *