La suspension d’Asanoyama aura un impact dans la partie supérieure du banzuke

John Gunning, The Japan Times, 17 Juin 2021

La suspension d’Asanoyama aura un impact dans la partie supérieure du banzuke

Asanoyama a été suspendu pour six tournois par l’Association japonaise de sumo (NSK) pour des violations répétées du protocole contre le COVID-19. L’ôzeki a également subi une réduction de salaire de 50% au cours des six prochains mois et se retrouvera probablement en quatrième division du sport (Sandanme) au moment où il sera à nouveau autorisé à concourir.

Bien que deux fois plus longue que l’interdiction prononcée contre maegashira Abi en août dernier pour des infractions similaires, dans l’ensemble, la sanction d’Asanoyama semble appropriée. Les ôzeki sont généralement considérés comme une classe à part par rapport à ceux d’en-dessous, leur position comportant beaucoup plus de responsabilités et d’attentes, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du dohyô. Asanoyama a également aggravé son infraction initiale en s’entendant par la suite avec un journaliste qui l’avait accompagné dans des bars à hôtesses pour mentir aux enquêteurs sur leurs activités. Étant donné que ces mensonges ont conduit des membres seniors de la NSK à nier publiquement les actes répréhensibles qui s’étaient ensuite révélés avoir eu lieu, le jeune homme de 27 ans peut se considérer chanceux d’avoir encore un emploi – en particulier 18 mois après le début d’une pandémie qui a fait des ravages dans de nombreuses industries dans lesquelles les anciens rikishi trouvent habituellement un emploi.

Ce qui a probablement sauvé Asanoyama de la démission, ce sont premièrement le fait que le journaliste susmentionné semble avoir été l’instigateur de l’activité illicite, mais aussi le manque total de directives de la part de l’ancien maître d’écurie Takasago à l’ôzeki. Celui-ci a été complètement écarté du monde du sumo en raison de son mépris continuel pour les directives COVID-19 de la NSK.

La suspension de six tournois d’Asanoyama a généralement été approuvée par les amateurs en ligne, bien que certains aient estimé qu’elle n’allait pas assez loin – d’autant plus que la vie d’autres lutteurs avait été mise en danger. Cependant, le fait que le diplômé de l’Université de Kindai ne puisse espérer revenir au statut d’ôzeki – après son retour à l’action – qu’en 2024 seulement au plus tôt, rend la punition suffisamment lourde pour la plupart.

Avec toutes ces annonces, on peut se tourner maintenant vers l’impact significatif de l’absence d’Asanoyama sur la partie supérieure du classement. Tout d’abord, le sport national japonais a soudainement vu l’un de ses plus grands noms retirés de la compétition au sommet de sa carrière. Bien qu’Asanoyama n’ait pas enflammé le monde avec ses performances depuis qu’il était devenu ôzeki, le natif de Toyama a remporté plus de victoires au cours des 18 derniers mois que n’importe quel autre lutteur principal, à l’exception de Terunofuji.

Ironiquement, le vétéran d’Isegahama est le seul rikishi qui souffrira le plus de l’absence d’Asanoyama. Avec une fiche de 5-0 en face à face, Terunofuji n’a pas eu de mal à s’occuper personnellement du jeune ôzeki, mais Asanoyama a régulièrement remporté des victoires sur tous les principaux rivaux du champion mongol. Plus encore du point de vue de Terunofuji, Asanoyama avait vaincu à part égale Shodai et Takakeishô, mais avait régulièrement submergé les menaces d’Hokutofuji et de Takanosho. Cela réduisait non seulement la possibilité d’une course en tête groupée, mais signifiait qu’Asanoyama n’était pas lui-même assez dominant pour devenir une menace majeure à chaque tournoi.

Pour Takakeishô, du coup, le chemin vers la promotion de yokozuna devient un peu plus facile à parcourir. Non seulement un rival majeur a été éliminé de la course, mais les deux rikishi restants manifestement les meilleurs (Terunofuji et Hakuhô) sont plus âgés et ont de sérieux problèmes de blessures. Être un jeune rikishi d’origine japonaise à succès avec un casier vierge et un dévouement de longue date au sumô – à une époque où il y a peu d’autres possibilités viables à long terme pour nommer un yokozuna – signifie également que la candidature de Takakeishô est susceptible d’être considérée très favorablement lorsque le moment sera venu.

La punition d’Asanoyama peut également être le signe d’un abandon des sanctions de fin de carrière au sein de la NSK. Certes, si l’ôzeki avait menti de la même manière et avait essayé de couvrir ses traces à presque n’importe quel autre moment de l’histoire récente du sumo, il serait déjà au chômage. Reste à savoir si cette clémence continuera ou est simplement une conséquence des circonstances spéciales provoquées par COVID-19, mais forcer les 20 ans et plus à quitter le sport entièrement pour des infractions qui, dans d’autres disciplines, entraîneraient au pire une légère pénalité n’est tout simplement pas faisable dans le monde du sport moderne.

Protéger la santé et le bien-être des rikishi est devenu un sujet brûlant dans le sumô. Tout sport qui ne peut garantir la sécurité de ses participants verra rapidement son aura diminuer. Dans un environnement mondial en évolution rapide, cependant, cela signifie également que les sports doivent montrer qu’ils sont justes et compréhensifs envers les athlètes qui ont grandi dans un monde très différent de celui dans lequel leurs entraîneurs ont évolué dans le passé. Les méthodes disciplinaires qui étaient une pratique courante il y a 15 ou 20 ans peuvent sembler trop dures pour les jeunes athlètes.

Alors que le sumô se rend à Nagoya pour le premier tournoi en dehors de Tôkyô depuis mars 2020, la suspension d’Asanoyama pourrait également avoir pour effet de restreindre tous les projets des rikishi de rencontrer des amis ou des sponsors. Avec des sanctions plus longues en jeu, les lutteurs peuvent penser qu’enfreindre les règles est désormais trop risqué dans l’environnement actuel.

Bien sûr, la chaleur estivale qui rend le tournoi de juillet au mieux oppressant, et ce manque supplémentaire de répit entre l’entraînement et les combats jour après jour, mettront à l’épreuve le courage et la réserve des rikishi les plus disciplinés.

Ne soyez pas surpris si Asanoyama n’est pas le dernier lutteur surpris à enfreindre les directives…

A lire également :

Abi

La NSK rejette la démission d’Abi et le suspend pour trois hon-basho

La NSK rejette la démission d’Abi et le suspend pour trois hon-basho L’ancien komusubi Abi …

Un commentaire

  1. Takasago….toujours dans les bons coups…

    Par contre, ce n’est pas mal d’avoir encore ce bastion de discipline, alors que le laxisme est devenu la norme dans tous les sports.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *