Violences : Hakuho pénalisé, Hokuseiho démissionne

Violences : Hakuho pénalisé, Hokuseiho démissionne
Le maître d’écurie de sumo Miyagino (à gauche), connu sous le nom d’ancien grand champion Hakuho, et son disciple Hokuseiho lors de la conférence de presse à l’écurie Miyagino à Tokyo le 23 février 2024.

Violences : Hakuho pénalisé, Hokuseiho démissionne

L’instance dirigeante du sumo a décidé vendredi de rétrograder l’ancien yokozuna Hakuho, désormais connu sous le nom de maître d’écurie Miyagino, et de lui appliquer une réduction de salaire en raison des violences répétées de son élève Hokuseiho, âgé de 22 ans.

L’Association japonaise de sumo a accepté la retraite de Hokuseiho, né en Mongolie et élevé à Hokkaido, après avoir violenté deux jeunes camarades d’écurie pendant plus d’un an, affirmant qu’elle lui aurait recommandé de prendre sa retraite s’il n’avait pas pris la décision au préalable.

Certains des actes de Hokuseiho incluent des gifles au visage, dans le dos et sur les testicules, des coups sur les fesses avec un manche à balai ainsi que l’usage d’un spray insecticide allumé pour projeter des flammes sur eux.

« Je ressens une lourde responsabilité de ne pas avoir pu protéger les protégés (abusés)« , a déclaré Hakuho. « Je suis vraiment désolé d’avoir inquiété l’association de sumo, les fans et ceux qui me soutiennent. »

Miyagino sera rétrogradé de deux rangs après que l’association a remis en question sa capacité de supervision. La rétrogradation est la troisième sanction la plus sévère sur sept pour les membres de la JSA, derrière le licenciement et la mise à la retraite.

Il aura également d’une réduction de rémunération de 20 % pendant trois mois.

La JSA a par ailleurs décidé de confier à un maître d’écurie du groupe Isegahama le rôle de chef par intérim de l’écurie Miyagino lors du prochain tournoi qui débutera le 10 mars, après avoir contesté le manque de leadership de Hakuho.

Lors de la réunion du comité de conformité de la JSA mercredi, Miyagino et Hokuseiho, de son vrai nom Ariunaa Davaaninj, étaient tous deux présents. Le maître d’écurie a affirmé ne pas être au courant du problème, selon une source proche de la réunion.

Hakuho, d’origine mongole, a pris sa retraite en septembre 2021 avant de reprendre son écurie en juillet 2022.

Le communiqué de la JSA indique que Hakuho « manque considérablement de qualité et de conscience en tant que maître d’écurie » après avoir échoué à corriger la conduite de Hokuseiho pendant plus d’un an. Le directeur des communications de la JSA, Shibatayama, a déclaré qu’il y avait eu « une suggestion de le retirer de la JSA » au sein du comité de conformité.

Hakuho, qui a été critiqué vers la fin de sa carrière pour son style de lutte indiscipliné et son comportement bien-pensant, a été sévèrement averti que son écurie serait fermée si lui ou son protégé causait à nouveau des problèmes, a déclaré une source proche du dossier.

Hokuseiho, mesurant 204 cm et pesant 182 kg, était considéré comme un espoir solide.

Il s’est retiré de la compétition de janvier au sixième jour en raison d’une blessure au genou. Une source a déclaré que des allégations de violence avaient fait surface à ce moment-là, ce qui avait déclenché une enquête de la JSA sur l’écurie.

« Je regrette profondément d’avoir eu recours à la violence contre mes camarades d’écurie« , a déclaré Hokuseiho en s’inclinant.

Au cours des dernières années, le monde du sumo a été entaché par une série de scandales de violence. En juillet dernier, un ex-sumotori a publiquement dénoncé les mauvais traitements qu’il avait endurés pendant près de huit ans dans le milieu du sumo, décrivant des actes de violence physique et des brimades récurrentes. En 2009, un ancien entraîneur a été condamné à six ans de prison pour avoir incité trois de ses élèves à agresser violemment un apprenti de 17 ans, ce dernier ayant succombé à ses blessures.

A lire également :

Tokitsukaze oyakata

Tokitsukaze demande à quitter la NSK

Tokitsukaze démissionne après avoir enfreint les règles COVIDL’Association japonaise de sumo (NSK) a imposé lundi …

Laisser un commentaire